Un « grand blessé de guerre » participe au Triathlon d’Engien-les-Bains (24 mai 2015)

triathlon_enghin_les_bains_photo_4 Gravement blessé à la tête en 2010 par une balle de mitrailleuse au cours d’une mission en Afghanistan, le caporal-chef Kévin de la Légion Etrangère, donné pour mort, se réveille paralysé des 4 membres. Aujourd’hui grand blessé de guerre, pensionnaire de l’Institution Nationale des Invalides (INI) et membre du Cercle Sportif de l’Institut Nationale des Invalides (CSINI), Kevin n’en nourrit pas moins les rêves d’un jeune homme de 27 ans.
Le 24 mai 2015, et pour la première fois en France, Kevin franchit la ligne d’arrivée du Triathlon d’Enghien-les-Bains, acclamé par une foule de plusieurs centaines de spectateurs que la réalisation de l’exploit pousse à la liesse.
Tout au long des épreuves (distances de 1500 m en natation, 41 km de vélo et 10 km de course à pied), celui-ci est emmené et accompagné par 4 éducateurs sportifs militaires du CSINI, 3 personnels médicaux de l’INI, le colonel Phelut, futur chef de corps du 1er régiment étranger de génie, ainsi qu’une équipe de 3 militaires blessés autonomes de l’armée de terre, qui n’ont pas ménagé leurs efforts pour que Kevin puisse oublier son handicap l’espace de ces 3 heures d’émotions et d’entraide.

triathlon_enghin_les_bains_photo_1triathlon_enghin_les_bains_photo_2

La participation de Kevin à ce triathlon s’inscrit dans le cadre d’un protocole d’éducation thérapeutique mené par les personnels médicaux de l’INI au profit des patients les plus lourdement atteints. Cet accompagnement, qui regroupe plusieurs spécialités dont le sport, vise à l’apprentissage des gestes, et à la mise en œuvre des moyens, qui permettront de minimiser les impacts du handicap sur le quotidien du patient.
Pour les plus grands blessés de l’INI, personnels médicaux et sportifs s’associent tout au long de l’année dans la conduite de projets sportifs d’ouverture au monde des sensations.

Regroupant tout son courage, Kevin confie à la caméra : « J’espère ouvrir un chemin pour d’autres blessés militaires, et leur montrer que dorénavant rien n’est impossible… »

La réalisation de ces épreuves a été rendue possible grâce à l’aboutissement de prototypes de matériels qui ont demandé plusieurs mois de travail pour pouvoir être adaptés à un handicap lourd, ainsi que grâce à l’engagement financier de partenaires sans lesquels rien n’aurait été rendu possible.
Les remerciements les plus sincères du CSINI et de l’INI vont aujourd’hui aux acteurs de cette victoire que sont l’Office National des Combattants (ONAC), la Fondation Serandour, Terre Fraternité, la ligue IDF de la Fédération des Clubs de la Défense (FCD), ainsi qu’à l’ensemble des personnes qui œuvrent au quotidien pour donner à Kevin l’énergie d’aller de l’avant.

triathlon_enghin_les_bains_photo_3 triathlon_enghin_les_bains_photo_5